Anaïs, ma petite SDF
"T’aurais   pas   à   manger,   j'ai   faim"   C'est   à   peu   près   ainsi   qu'Anaïs   m'apostropha   au   pied   de   mon   immeuble.   "Hé   !   J'te   parle,   t'aurais pas à manger j'ai faim" On   était   début   juin.   J'étais   descendu   pour   essayer   de   comprendre   quelle   pouvait   être   la   cause   de   la   coupure   de   courant   qui avait   touché   notre   ensemble   immobilier   en   nous   plongeant   dans   le   noir.   Une   odeur   de   plastique   brûlé   me   piquait   un   peu   les narines,   une   sirène   de   pompier   agonisait   et   un   camion   de   REDF   lançait   des   éclairs   bleus   depuis   son   toit.   La   scène   était   irréelle et   tous   se   pressaient   pour   connaître   la   cause,   se   rassurer   et   rassurer   ses   proches.   La   peur   nous   tenait   à   distance   sauf Anaïs   qui avait   l'habitude   de   côtoyer   la   rue   et   ses   dangers.   La   foule   des   badauds,   les   pompiers,   la   police,   rien   de   cela   ne   l'inquiétait.   La rue,   elle   connaissait.   Elle   connaissait   tous   ses   risques   et   tous   ses   mystères.   La   règle   de   survie   était   toujours   la   même   :   "Se méfier de tout et tout le monde, et toujours analyser la situation". Elle   était   assise   au   bord   du   trottoir   entre   deux   voitures   et   attendait.   Elle   regardait   fixement   dans   la   direction   du   "sinistre"   qui avait occasionné cette effervescence et tous ses sens étaient en activité et ma présence quoique discrète l'avait alertée. Au   bout   de   quelques   minutes,   elle   se   retourna,   leva   la   tête   vers   moi   et   me   fixa.   Je   ne   représentais   pas   un   danger,   elle   le   savait. Je   l'avais   déjà   vu   auparavant   et   elle   aussi   m'avait   remarqué.   Le   regard   braqué   sur   moi,   elle   me   dévisageait,   me   jaugeait, m'analysait. C'en était gênant. "T'aurais pas à manger, j'ai faim" "Pardon, c'est à moi que tu parles ?" "Hé ! J'te parle, t'aurais pas à manger j'ai faim" J'étais   pris   au   dépourvu   par   son   outrecuidance   et   sa   désinvolture.   C'est   sa   grâce   et   sa   féminité   qui   avait   fait   que   je   m'étais   plus d'une   fois   retourné   sur   son   passage.   J'aimais   sa   démarche   féline.   Je   n'ai   jamais   pensé   qu'elle   pouvait   avoir   faim,   enfin   qu'elle n'ait pas mangé à cette heure de la nuit. Un peu lourdaud je répondis "Oui, viens". "J'te suis." Son allure était désinvolte. Arrivés devant la porte de mon immeuble, je lui demandais de m'attendre. Je   montais   rapidement   les   quatre   étages,   expliquais   à   mon   épouse   ce   qui   se   passait,   préparais   un   encas   à Anaïs   et   redescendais. J'avais   peur   qu'elle   soit   partie.   Impatiente,   sauvage,   fille   des   rues,   fille   du   vent,   fantôme   de   la   nuit   invisible   le   jour,   elle m'attendait.   "Je   n'ai   que   ça   à   te   proposer".   Elle   s'approcha,   regarda   ce   que   je   lui   proposais   et   trouva   ça   à   son   goût.   Elle   me désigna un coin tranquille. Je   la   suivais   dans   le   renfoncement   d'une   petite   cour,   à   l'ombre   des   réverbères   de   la   rue,   à   l'abri   sous   un   balcon.   Je   ne   savais   pas qu'une   grande   aventure   venait   de   naître   entre   nous   et   que   nous   passerions   des   heures   dans   ce   lieu   à   nous   raconter   des   secrets pendant plusieurs mois. Elle   était   un   mystère   pour   moi.   Une   voisine   m'expliqua   qu'elle   était   maman   de   deux   enfants   mais   qu'ils   avaient   été   placés   dans des   familles   d'accueil.   La   rue   n'est   pas   facile   pour   des   enfants.   Je   me   rappelais   l'avoir   vu   au   printemps   de   l'année   précédente avec   deux   enfants   et   je   me   posais   souvent   la   question   de   savoir   comment   elle   faisait   pour   se   nourrir   et   nourrir   sa   famille. J'avais   cru   reconnaître   dans   une   brute   qui   rôdait   dans   le   quartier   son   compagnon   et   peut-être   le   père   de   ses   enfants   mais   je n'en avais aucune certitude. Nous   avions   mis   au   point   un   code   de   reconnaissance.   Vers   10   heures   du   soir,   quand   la   nuit   était   là,   j'allais   à   la   fenêtre   et   lançais un   petit   sifflement   très   discret   mais   très   audible   pour   celle   qui   l'attendait.   J'attendais   avec   un   brin   d'anxiété   qu'elle   me réponde.   Plus   sa   réponse   tardait   et   plus   le   doute   grandissait.   La   peur   qu'elle   ne   veuille   plus   de   moi,   un   problème   de   santé,   une bagarre   entre   filles,   etc.   Et   soudain   elle   répondait.   Elle   répondait   toujours   par   des   "J’suis   là-J'suis   là"   et   des   "J'arrive-J'arrive" Quelques   fois   il   me   semblait   entendre   des   "Du   calme-Du   calme".   Chaque   soir,   c'était   un   soulagement   de   savoir   qu'elle   allait   bien. C'était   fou.   Il   y   avait   encore   quelques   jours,   je   ne   savais   rien   d'elle.   Je   ne   pensais   jamais   à   elle,   je   ne   me   faisais   aucun   souci pour elle et en l'espace de quelques heures, elle pénétrait ma vie. Je   dévalais   rapidement   les   escaliers   en   faisant   bien   attention   à   ne   pas   renverser   sa   nourriture.   J'avais   toujours   peur   que   son impatience l'emporte sur sa faim et qu'elle reparte. Il   n'y   avait   rien   d'autre   que   de   la   tendresse   dans   notre   relation,   mais   je   sentais   que   mon   épouse   n'approuvait   pas   toujours   mes sorties   nocturnes.   Nos   plus   longues   soirées   durèrent   plus   de   deux   heures.   Ce   furent   des   heures   de   rires,   de   palabres,   d'échanges de sentiments, de trucs entre nous que nous seuls pouvions comprendre. Juillet   et   Août   furent   des   mois   très   chaud.   Quelques   voisines   avaient   aperçu   nos   rencontres   et   quelques   fois   venaient   dans "notre"   cours   sous   "notre"   balcon   pour   faire   la   causette   avec   nous   et   apporter   quelques   gâteries. Anaïs   ne   voulait   jamais   montrer son   attachement   et   faisait   l'indifférente   à   mon   égard   dès   que   quelqu'un   venait.   Elle   s'éloignait   d'un   bon   mètre,   ne   me   touchait plus,   ne   me   regardait   plus   jusqu'à   m'ignorer. Au   début   je   comprenais   mal   la   chose.   Je   voulais   que   tout   le   monde   soit   au   courant de   notre   bonheur,   mais   elle,   sans   doute   pudique,   malgré   la   rue,   ne   voulait   rien   montrer.   Elle   aimait   parader.   Il   fallait   qu'on   la remarque,   qu'on   lui   fasse   des   compliments   sur   sa   robe   et   sur   son   port   altier.   Elle   mangeait   avec   grâce,   mais   surveillait   d'un   œil que   personne   ne   s'approche.   Dans   la   rue,   rien   ne   t'appartient   vraiment.   Celui   qui   peut   prendre   prendra,   que   ce   soit   par   la   ruse ou par la force. Elle avait confiance en moi, mais je sentais qu'elle ne voulait pas laisser son destin dans mes mains. Certains   soirs   nous   changions   de   point   de   rencontre   et   c'est   dans   le   bois   tout   proche   que   nous   allions.   Anaïs   avait   trouvé   un grand   carton   que   les   enfants   avaient   laissé.   Nous   nous   couchions   l'un   contre   l'autre.   Nous   restions   plusieurs   minutes   ainsi   sans rien   dire,   juste   à   écouter   la   vie. A   travers   les   arbres,   je   regardais   les   étoiles. Anaïs   se   levait   d'un   bond,   courrait   dans   les   sentiers éclairés   par   la   lune,   et   jouait   à   se   faire   peur   avec   les   bras   de   sorcières   qui   dépassaient   des   troncs.   Elle   aurait   voulu   que   je devienne   comme   elle,   un   être   de   la   nuit.   Mais   je   vivais   le   jour   et   j'avais   du   mal   à   lui   faire   comprendre   qu'il   fallait   que   je   rentre. De   ma   fenêtre   avant   d'aller   me   coucher,   je   la   regardais   qui   flânait   dans   l'obscurité.   Et   je   m'endormais   en   pensant   à   elle.   Sera-t- elle là demain soir? L'automne   arriva   avec   ses   petites   pluies   et   ses   nuits   plus   fraîches.   Anaïs   devait   passer   à   travers   les   gouttes.   Elle   n'était pratiquement   jamais   mouillée.   Nous   allions   sous   le   balcon   et   quand   le   vent   soufflait   nous   nous   blottissions   l'un   contre   l'autre.   Il arrivait   à   Anaïs   de   trembler.   Je   trouvais   qu'elle   était   peu   couverte   mais   elle,   insouciante,   semblait   s'en   moquer.   Des   ombres passaient   dans   la   nuit   sans   se   douter   que   nous   étions   là.   Dès   que   quelqu'un   arrivait,   nous   ne   bougions   plus   et   attendions.   Une jeune   black   agressive   venait   nous   rejoindre   et   je   devais   faire   la   police   entre   elle   et Anaïs.   J'avais   l'impression   qu'un   contentieux amoureux   ou   quelque   chose   comme   ça   était   la   cause   de   cette   querelle.   Ce   n'était   pas   une   vraie   fille   de   la   rue,   mais   juste   une petite   bourgeoise   qui   aimait   jouer   les   dures   la   nuit.   Je   lui   faisais   comprendre   qu'il   ne   fallait   pas   approcher   Anaïs   sans   en   subir des   conséquences   de   ma   part.   Elle   me   regardait   avec   des   dédains   en   nous   lançant   un   "Salut   les   amoureux".   Anaïs   me   regardait sans comprendre. Comme   mes   voisines,   je   me   demandais   ce   que   ferai Anaïs   cette   hiver.   Je   savais   que   cet   été,   elle   avait   squatté   des   caves   et   des abris   sans   confort.   L'hiver   approchait,   le   froid   se   faisait   de   plus   en   plus   mordant.   Un   soir   je   partis   à   sa   recherche   pendant   plus de   deux   heures   sans   succès.   Tous   mes   appels   restèrent   vains.   Il   pleuvait   depuis   trois   jours   et   l'humidité   associée   au   froid devenait   un   danger   pour Anaïs.   Mon   épouse   me   rassura   en   me   disant   que   ce   n'était   pas   le   premier   hiver   qu'Anaïs   passait   dehors et   elle   avait   raison.   Le   lendemain   soir   je   dus   me   faire   une   raison, Anaïs   n'était   plus   là.   Je   ne   savais   pas   si   elle   en   avait   eu   marre de moi, si de nouvelles aventures l'avaient emportée plus loin ou si... Je ne pouvais me résoudre à ça. Près d'une semaine avait passée. J'ouvrais ma boîte aux lettres quand je vis un mot : "Monsieur, La   semaine   dernière   je   suis   rentrée   tard   et   j'ai   trouvé   sous   la   pluie   et   le   vent   Anaïs   devant   la   porte   de   l'immeuble,   elle   a   bien voulu   rentrer   chez   moi.   Le   lendemain   matin,   j'ai   voulu   la   faire   sortir   mais   elle   n'a   pas   voulu...   Je   l'ai   donc   laissé   chez   moi.   Elle va   très   bien   et   est   vraiment   très   gentille.   Je   suis   montée   deux   fois   chez   vous,   la   semaine   dernière   pour   vous   en   informer   mais   il n'y avait personne. Je sais que vous aimez beaucoup Anaïs et j'espère que vous ne m'en voudrez pas de l'avoir adoptée " J'étais   content   de   la   savoir   en   vie,   content   qu'elle   ait   trouvé   un   foyer   et   égoïstement   déçu   qu'elle   ne   soit   plus   avec   moi,   mais c'est   mieux   ainsi.   Quand   je   rentre   tard   le   soir,   je   vois Anaïs   sur   son   balcon   pas   très   loin   de   "   notre   "balcon.   Nous   nous   regardons comme des "ex " qui n'ont plus rien à se dire. J'ai voulu la revoir mais elle s'est cachée. Elle a peur de retourner dans la rue. Elle   a   grossi,   mais   il   faut   dire   qu'elle   est   très   gâtée   et   que   sa   "maman"   d'adoption   est   peut-être   trop   gentille.   C'est   ce   qu'on appelle   une   "mère   chatte".   Oh   mais   j'ai   oublié   de   vous   préciser   depuis   le   début   qu'Anaïs   est   une   jolie   petite   chatte   à   la   robe blanche avec deux taches noires. JM Le Braz 2005 Metz Les nouvelles de JM sont ici