Attendre la fin ici… 8h30 en mars. Ca   y   est,   les   premiers   rayons   du   soleil   apparaissent   au-dessus   de   la   chaîne   du   Mont-Blanc.   C’est   bon   de   ressentir   la   caresse   chaleureuse du   soleil   naissant.   Derrière   moi,   la   brume   continue   de   grimpée   et   les   aiguilles   de   Varens   vont   enfin   apparaître.   Que   c’est   bon.   J’aurai dû   mettre   un   coussin   sur   cette   planche.   Ma   tête   appuyée   contre   la   jardinière   qui   est   en   attente   des   fleurs   de   printemps,   je   savoure   cet instant.   La   porte   de   ma   cabane,   un   petit   chalet   d’alpage,   est   entre-ouverte   et   je   sens   les   odeurs   du   bois   brûlé   qui   quittent   la   demeure, le travail accomplit. Gros-chien   me   pousse   du   museau.   Je   l’appelle   Gros-chien   mais   son   vrai   prénom   est   Arnold.   J’aime   bien   l’appeler   Gros-chien.   Oui,   je t’aime.   Je   lui   fais   une   grande   place   sur   la   planche,   il   saute   à   côté   de   moi   et   nous   regardons   tous   les   deux,   ensemble,   la   vallée   qui s’ébroue.   Les   bruits   nous   parviennent   peu   à   peu.   J’en   prends   conscience,   je   les   distingue,   je   les   identifie,   je   les   aime.   Ils   sont   la   vie   de la   montagne.   J’entends   les   sonnailles   des   vaches   du   Marcel.   Pas   commode   le   Marcel   mais   pas   un   méchant   bougre.   Les   sonnailles   sont aux   montagnes,   ce   qu’est   le   sel   dans   la   marmite.   C’est   le   cœur   de   la   montagne   qui   vibre,   c’est,   c’est…   je   ne   sais   pas   comment   essayer de vous faire partager ce que je ressens quand je les entends. J’aime ces sons. Mon   vieux   pantalon   en   velours   me   tient   assez   chaud   pour   attendre   que   tous   les   rayons   soient   passés   au-dessus   des   monts.   Ma   fille   râle parce   que   je   n’ai   pas   voulu   acheter   une   nouvelle   ceinture   et   que   j’ai   mis   une   bonne   corde   de   ballot   de   foin   à   la   place.   C’est   bien comme   ça.   Gros-chien   pose   une   patte   sur   ma   cuisse   et   me   regarde   droit   dans   les   yeux.   Il   me   demande   si   je   suis   bien.   Oui,   et   je   sais   que lui   aussi.   Ah   un   verdier   chante   dans   le   cerisier.   Je   l’appelle   l’oiseau   télégraphe   :   ti-ti-ti-ti-ti-ti.   Je   ne   fais   rien   et   c’est   bon.   L’air   est chargé   de   l’humidité   du   matin   et   transporte   des   odeurs   de   boue,   de   champignons,   d’herbes   humides,   de   la   vie   de   la   terre   de   la   Yaute. J’aime ces matins là. J’aime aussi l’odeur qui se développe après un orage l’été. Ce n’est pas la même odeur. J’aurai   dû   mettre   ma   parka.   Il   se   fait   vieux   le   Jean-Marie,   j’y   sais   et   pourtant   j’y   fais   pas.   Gros-chat   arrive.   Il   a   passé   une   partie   de   la nuit   dehors,   mais   à   la   fraîche,   il   a   préféré   venir   me   rejoindre   dans   le   lit.   Pareil   que   Gros-chien,   ce   n’est   pas   son   vrai   prénom.      Lui   c’est Tommy,   à   cause   de   Tom   le   chat   du   dessin   animé   de   mon   enfance.   Il   m’a   fait   penser   à   lui.   C’est   un   gros   matou   noir   et   blanc.   Gros-chat vient   sur   mes   genoux,   se   dresse   sur   ses   pattes   arrière   et   frotte   son   visage   contre   ma   vieille   barbe.   Ca   c’est   de   l’amour.   Il   l’aime   son vieux   papa.   Haha   !   Gros-chien   fait   un   peu   la   gueule.   Mais   je   t’aime   mon   gros.   Nous   voilà   tous   les   trois   ensembles   sur   cette   vieille planche que les années ont noircie. Trois couillons qui ne bougent pas, qui attendent. Attendent quoi ? Que le temps passe. Ah   qu’il   est   bon   de   ne   rien   faire.   La   Marie,   la   femme   du   Marcel,   dit   en   bas   que   je   suis   un   vieux   fou   solitaire.   Ben   oui,   la   Marie,   t’as raison.   Si   vouloir   contempler   le   temps   qui   passe,   lire   les   montagnes,   comprendre   les   nuages,   accepter   la   pluie   et   saluer   le   soleil   le matin   c’est   être   fou,   alors   je   suis   fou.   Gros-chat   plante   ses   griffes   dans   la   manche   de   mon   pull   pour   être   sûr   que   je   reste   avec   lui.   Mais oui Gros-chat, je reste. Ca   y   est   tous   les   rayons   du   soleil   sont   passés   au-dessus   du   Mont-Blanc.   Je   ne   peux   plus   les   regarder.   Allez   les   gars   on   rentre,   j’vais prendre un p’tit déjeuner et ensuite j’irai marcher avec Gros-chien. Ca c’est la vraie vie. Jean-Marie PS : Ce n’est qu’une petite nouvelle, pas la réalité.                                            Le chant du Verdier