Un travail ennuyeux
Ma   mère   m'avait   dit,   lorsque   je   suis   entré   en   classe   de   sixième,   que   je   devais   faire   plus   tard   un   métier   que   j'aime   et   que   je prenne beaucoup de plaisir à le faire. - L'ennui est la pire des choses qui puisse nous arriver, déclarait-elle souvent. Mais   rare   sont   les   enfants   qui   savent   ce   qu'ils   aimeront   faire   quand   ils   seront   adultes.   Je   n'étais   pas   encore   fixé   et   j'attendais encore pour me décider. C'était   un   21   mars,   le   jour   du   printemps.   J'avais   dix-sept   ans,   il   faisait   très   beau   dans   notre   ville.   La   température   était douce,   les   jeunes   filles   comme   les   fleurs   semblaient   s'épanouir   et   j'avais   droit   à   un   petit   sourire   quand   je   les   regardais passer.   Je   me   promenais,   je   n'avais   pas   de   cours   ce   jour   là   et   c'est   ainsi   qu'en   flânant,   je   passais   devant   la   caserne   des pompiers, celle qui est proche du commissariat. Les   pompiers   avaient   sorti   tous   leurs   engins   rutilants,   ils   étaient   habillés   de   bleu   marine   et   les   manches   retroussées   avec élégance,   ils   astiquaient   ces   magnifiques   créatures   que   sont   les   camions   d'incendie.   Je   ne   sais      pas   si   c'est   le   rouge   qui   m'a attiré   en   premier   ou   si   c'est   la   fonction,   mais   je   me   dirigeais   vers   un   de   ces   pompiers   et   sans   hésiter,   je   lui   demandais   ce qu'il fallait faire pour rentrer dans ce corps d'élite. - Maman, je vais devenir pompier, je me suis engagé ! Tout   à   ma   joie,   euphorique,   je   n'ai   pas   vu   tout   de   suite   ma   petite   maman   blêmir.   Elle   qui   rêvait   d'un   métier   prestigieux   pour son fils, j'allais devenir un simple pompier. Une vie rude, dangereuse et surtout très mal payée. - Tu t'es engagé ? -   Oui   et   non.   J'ai   accepté   d'être   pompier   volontaire.   Je   peux   continuer   mes   études   et   je   ne   serai   pompier   que   s'ils   ont   besoin de   moi.   Si   un   grand   feu   se   déclare   ou   s'il   y   a   un   grave   danger,   ils   auront   besoin   de   moi,   tu   verras   et   je   pourrais   rendre   service à l'humanité. Tu sais, j'aurais beaucoup de plaisir à le faire et je le ferai bien et tu seras fière de moi. Ma   petite   maman   baissa   les   yeux,   prit   son   programme   TV   et   s'assit   dans   le   fauteuil   de      papa.   Quand   elle   était   dans   son fauteuil,   elle   avait   l'impression   d'être   avec   lui   et   qu'il   était   présent.   Il   a   été   le   seul   homme   de   sa   vie   et   maintenant   j'étais son   deuxième   homme.   La   mine   lui   avait   volé   son   mari,   les   pompiers   lui   voleraient   son   fils,   elle   serait   bientôt   seule   et pourrait   aller   le   retrouver.   Elle   alluma   la   TV,   zappa   les   chaînes,   s'arrêta   sur   la   Roue   de   la   Fortune   et   fixa   l'écran.   Elle   ne parlait pas. Enfin   vint   l'été.   Un   été   très   chaud   et   très   sec.   J'étais   habillé   avec   mon   uniforme   et   mes   bottes   en   cuir   épais   résonnaient   sur le   macadam.   Je   faisais   le   tour   des   habitations   de   mon   quartier   et   mettais   en   garde   les   habitants   contre   les   risques d'incendie.   Je   passais   mes   journées   à   balayer   les   hangars   et   astiquer   les   casques.   Les   filles   faisaient   exprès   de   passer   devant la caserne, mais je m'ennuyais. Soudain   ce   fût   un   été   très   chaud   pour   les   pompiers   car   de   multiples   incendies   se   déclarèrent   dans   les   fermes   aux   alentours. Je   faisais   preuve   de   bravoure.   On   pensa   un   moment   et   la   presse   locale   s'en   fit   l'écho   que   c'était   un   pyromane   qui   mettait   le feu. Je faisais bien mon travail, et si c'était grâce à un pyromane, et bien tant mieux. Les incendies cessèrent en même temps que ma rentrée en faculté, en octobre. J'avais   eu   mon   BAC,   et   je   rentrais   en   faculté   de   droit.   Les   cours   scolaires   ne   me   laissaient   pas   beaucoup   de   temps   libre.   Mais en   faculté,   c'était   différent,   j'avais   dix   heures   de   cours   par   semaine   et   le   reste,   je   le   consacrais   à   étudier   soit   à   la   maison, soit   à   la   bibliothèque.   Je   croyais   souvent   entendre   la   sirène,   mais   ce   n'était   que   mon   imagination.   J'avais   été   voir   le capitaine   des   pompiers   pour   l'avertir   que   désormais   je   serai   beaucoup   plus   disponible,   mais   il   n'y   avait   que   peu   d'incendies et   ils   étaient   rapidement   maîtrisés,   il   n'avait   pas   besoin   de   moi.   Je   commençais   à   m'ennuyer.   Le   pyromane   remit   ça,   et c'était   toujours   les   jours   où   j'étais   libre.   Le   Combattant   du   Feu   que   j'étais   luttait   contre   le   fléau,   un   travail   bien   fait,   un travail que j'aimais. Un   soir   ma   petite   maman   m'attendait,   debout   dans   le   hall   avec   dans   une   main   un   bidon   d'essence   et   une   veste   de survêtement   roussie   dans   l'autre.   Un   regard   accusateur,   une   claque,   un   gros   mot.   C'est   d'ailleurs   le   même   soir   que   notre petite   maison   brûla,   ma   petite   maman   n'y   survit   pas   et   pourtant   je   luttais   seul   au   début   contre   cet   incendie   et   enfin   avec l'aide   de   la   compagnie.   Je   lui   fis   de   belles   obsèques   et   je   savais   qu'elle   était   enfin   heureuse   avec   papa.   C'est   ce   qu'elle voulait après tout. Je   démissionnais   le   même   jour   de   mon   poste   de   pompier   volontaire,   et   me   consacrais   très   durement   à   mes   études.   Je décrochais   tous   mes   diplômes   et   décidais   d'entrer   dans   la   Police.   J'avais   un   bon   bagage   (ma   petite   maman   me   disait   toujours qu'il   fallait   un   bon   bagage   pour   réussir   dans   la   vie),   j'avais   donc   un   bon   bagage   de   Droit   et   je   fus   très   rapidement   nommé inspecteur. Je   passais   le   plus   clair   de   mon   temps   à   élucider   des   affaires   sans   intérêt.   Souvent   en   tant   qu'officier   de   police   judiciaire,   je ne   faisais   que   mettre   ma   griffe   sur   un   rapport   fait   par   un   agent.   Cela   ne   me   plaisait   pas   trop   et   je   m'ennuyais,   jusqu'au   jour où   un   nombre   grandissant   de   cambriolages   et   de   vols   à   la   roulotte   survînt   dans   ma   vie   policière   monotone.   Enfin   je   prenais goût à mon travail et j'aimais ce que je faisais. Dès   l'annonce   d'un   cambriolage,   je   me   rendais   sur   les   lieux   et   tel   Sherlock   Holmes,   je   recherchais   des   indices,   des empreintes   de   doigts   ou   de   pas.   Je   faisais   l'inventaire   des   objets   volés,   je   réconfortais   les   malheureux.   Un   cambriolage   c'est comme   un   viol.   Le   cambrioleur   viole   votre   intimité,   il   touche   à   ce   que   vous   avez   de   plus   cher,   il   voit   vos   sous-vêtements,   il piétine votre lit, il découvre vos secrets interdits. Ces   cambriolages   durèrent   deux   années   sans   que   l'on   arrive   vraiment   à   trouver   un   ou   des   coupables.   J'avais,   par   hasard, arrêté   un   pauvre   diable   qui   avait   pénétré   chez   la   mère   Bize   pour   lui   voler   de   la   nourriture.   Il   n'avait   pas   mangé   depuis   plus de trois jours et la faim fait sortir le loup du bois. Le   préfet   trouvait   bizarre   que   je   ne   trouve   aucune   piste   sérieuse.   C'est   sûr,   je   faisais   attention   et   même   si   un   collègue enquêtait   à   ma   place,   je   faisais   attention   à   ne   pas   laisser   de   traces   quand   je   "visitais"   une   maison.   Quand   je   sentis   la pression   des   "Boeufs-Carottes",   la   police   des   polices,   je   me   suis   dit   qu'il   était   temps   de   quitter   ce   métier.   Car   s'il   n'y   avait plus de cambriolage, je ne pourrais plus enquêter et ça ne m'amuserait plus. Quoi   de   plus   triste   que   de   voir   un   pompier   balayer   un   hangar,   alors   qu'il   est   si   noble   quand   il   combat   le   feu,   ou   de   voir   un inspecteur   de   police   seul   dans   son   bureau   à   lire   des   notes   de   ses   supérieurs   alors   qu'il   est   un   Zorro   quand   il   se   déplace   chez la veuve et l'orphelin agressés. Aujourd'hui,   j'ai   changé   de   métier   et   je   me   suis   mis   à   mon   compte.   J'ai   ouvert   une   société   de   pompes   funèbres,      j'aime   bien réconforter les gens, mais je trouve que l'on ne meurt pas beaucoup ici et je commence à m'ennuyer. ..     Jean-Marie Le Braz le 27.09.95